image blog A certaines périodes, il arrive que notre motivation soit faible. Nous avons des idées, nous savons que nous devrions avancer sur tel projet ou terminer - enfin - ce roman que l'on a commencé deux ans auparavant. Nous procrastinons. Pourtant, l'écriture impose une habitude, une régularité, sous peine de voir s'émousser ce "muscle", notre imagination...

Alors, dans ce cas où notre envie est au plus bas, où l'abandon d'un projet est tellement plus facile que se pousser à le bâtir, que faire ? Ne pas se battre contre soi-même mais trouver des solutions plus douces que se dévaloriser parce qu'on n'est pas capable de terminer son roman en trois semaines. Par exemple :

1/ Ecrire son minimum : vous pouvez décider d'écrire 10 ou 15 minutes par jour, pas plus. Puis poser le stylo. Cela vous donnera l'impression d'avancer (ce qui est le cas) et de ne pas aller contre votre volonté.

2/ Tenir un carnet de création : y noter des idées en quelques phrases, une intrigue possible, un thème.

3/ Chercher son "pourquoi" : noter sur un carnet, sur votre ordinateur, les raisons qui vous ont poussé à écrire (même si cette envie n'est pas présente en ce moment). Revenir à la source est une bonne façon de faire le point, et de se motiver.

4/ Faire des listes : lister des prénoms pour un futur personnage, lister des lieux, des décors, des titres de romans à venir...

Le but, vous l'avez compris, c'est de rester présent à votre but premier, écrire. Ecrire tout de même, car ces notes continueront de nourrir votre imagination. 

Bonne écriture !