Un thème imposé, dans le cadre d’un atelier d’écriture, permet de « cadrer » notre écriture, et de remonter le temps lorsque le thème choisi est son lieu de naissance.

Ecrire ce que ce lieu évoque pour vous est une façon de se réapproprier son passé, peut-être est-ce un lieu dont vous êtes toujours proche. Ou, comme moi, ce lieu évoque simplement un endroit sur une carte. Et des souvenirs aussi, mais pas les miens, ceux qui veulent bien en parler.

Orléansville, ma ville de naissance, se situe au bord du Cheliff, plus long fleuve d’Algérie et à égale distance d’Oran et d’Alger. Elle changea de nom après l’indépendance, pour El-Asnam puis, après le tremblement de terre d’octobre 1980 (7,5 sur l’échelle de Richter qui en compte 9), changea à nouveau de nom (Chlef) pour conjurer la malédiction. En effet, un tremblement de terre meurtrier avait déjà eu lieu en septembre 1954. Ma mère se souvient d’avoir vécu dans des baraquements pendant des années.

Il m’est difficile de parler d’une ville que je ne connais pas, j’ai quitté l’Algérie en juin 1962, et tout comme mes parents, n’y suis jamais retourné. Des oncles, des parents, reposent dans ce pays, certains y sont nés, d’autres venaient du sud de l'Espagne. Beaucoup d’espagnols, très pauvres, ont tenté leur chance en Algérie, ont trouvé du travail, puis ne l’ont plus quittée. Cet exercice m’est difficile, peut-être aurez-vous plus de facilité à parler de votre lieu de naissance. Est-il possible qu’il détermine certaines choses de notre vie ?

Orléansville

Orléansville4