Le titre est à choisir judicieusement. Choisissez-le à la fin de l’écriture de votre histoire, à moins que vous ayez en tête un titre déjà bien arrêté et qui vous facilite la mise en route de votre écriture. Un titre, c’est comme une marque, c’est avec ce titre qu’il sera reconnu. Un bon titre attire le lecteur lorsque celui-ci hésite dans son choix.

 Quel est le sujet de votre roman, votre intrigue, le lieu, le symbole principal de votre histoire ? Notez  plusieurs titres possibles, vous ferez votre choix à la relecture, lorsque votre « bébé » sera presque prêt. Demandez l’avis de personnes en qui vous avez confiance et qui vous diront leur préférence.

Voici quelques titres de romans sentimentaux, vous remarquerez qu’ils sont tous explicites et promettent déjà au lecteur une histoire d’amour :

         .  Un troublant détective (Hélène Caussignac, Editions Amorosa, 2011)

          . Un océan d’amour (Barbara Cartland, J’ai Lu, 2012)

          . Affaire de cœur (Danielle Steel, Editions Presses de la Cité, 2011), ou parmi les autres titres de l’auteur : Un si grand amour, Forces irrésistibles, Rendez-vous…

          . Les pages de notre amour (Nicholas Sparks, Editions Robert Laffont, 1999)

         

C’est quoi un bon titre ? 

Il n’existe pas de recette parfaite pour choisir le bon titre, mais des écueils à éviter :

-          Ne pas choisir un  titre trop long

-          Pas de titre à la signification complexe, ou négative

-          Pas de titre qui n’indique pas le genre que vous avez choisi (imaginez que votre roman sentimental s’appelle Terreur au 25ème étage ou encore Plongée dans les mers du sud, cela ne manquerait pas de perturber les lecteurs…)

Malgré tout, il faut savoir que l’éditeur décide en dernier lieu du titre. Si vous avez su le séduire avec le titre que vous avez choisi, il n’y a aucune raison qu’il le modifie pour sa publication.

A vous maintenant !            

MR900439901